Vous trouverez ici, sous ces onglets, des politiques spécifiques à la Faculté des sciences de l'éducation relatives aux absences lors des examens.

 

Pour toute information supplémentaire, veuillez contacter gestion.etudes@fse.ulaval.ca

 

De plus, vous trouverez tous les autres avis et documents officiels sur cette page du Bureau du secrétaire général. 

 

En conformité avec la Politique de la Faculté des sciences de l’éducation concernant les absences aux examens ou aux évaluations, de même que les absences prolongées aux cours, toute absence à une évaluation ou absence prolongée en cours de session (plus de deux semaines) doit être signalée à l’enseignante ou à l’enseignant de même qu’à la gestion des études (gestion.etudes@fse.ulaval.ca).

 

Politique de la Faculté des sciences de l’éducation concernant les absences aux examens ou aux évaluations, de même que les absences prolongées aux cours1

 

1. Champ d’application
Cette politique couvre les situations où un étudiant ou une étudiante s’absente lors d’un examen ou de toute autre évaluation pour un motif sérieux, en conformité avec le Règlement des études.

 

Cette politique concerne également les situations d’absence prolongée à des cours (plus de deux semaines) pour un motif sérieux.

 

Cette politique porte sur les situations temporaires et exclut les situations de handicap couvertes par la Politique institutionnelle de soutien aux étudiants et étudiantes en situation de handicap à l’Université Laval.

 

Cette politique permet également de respecter d’autres politiques institutionnelles visant à soutenir les étudiantes et étudiants, dont la Politique relative aux étudiantes et aux étudiants parents de même que la Politique d'appui à l'excellence sportive.

 

2. Motifs recevables

Seront considérés comme recevables pour s’absenter d’un examen ou d’une autre modalité d’évaluation ou encore pour interrompre temporairement ses études en cours de session les motifs suivants :

  • Maladie ;
  • Décès d’une personne proche ;
  • Compétition sportive ou artistique de haut niveau ;
  • Accouchement, fausse-couche, interruption de grossesse, maladie infantile nécessitant de garder un enfant à la maison, rendez-vous pour l’enfant nécessitant la présence d’un parent ou tout motif sérieux lié à des obligations parentales pour un ou une enfant à charge, et ce peu importe l’âge de l’enfant;
  • Tout autre motif jugé sérieux par la direction de programme.

 

À titre indicatif, les motifs suivants sont considérés comme étant non recevables :

  • Erreur de l’étudiant ou de l’étudiante ;
  • Conflit d’horaire prévisible (inscription simultanée à deux cours sur la même plage horaire) ;
  • Voyage personnel ;
  • Autre rendez-vous ou contrainte horaire (ex. : lié à l’emploi).

 

3. Pièces justificatives
En appui à la demande, une ou des pièces justificatives pourront être exigées, notamment, et à titre indicatif seulement :

  • Un billet médical signé par un professionnel ou une professionnelle de la santé ;
  • Un avis ou certificat de décès;
  • La lettre d’un entraineur ou d’une entraineuse précisant le niveau, le lieu et la durée de la compétition;
  • La lettre certifiant le statut d’étudiant ou d’étudiante parent;
  • Un formulaire de déclaration sur l’honneur;
  • Tout autre document jugé pertinent pour l’analyse de la demande.

 

4. Délais
Si l’absence aux cours (plus de deux semaines), à un examen ou toute autre modalité d’évaluation est prévisible, l’étudiant ou l’étudiante doit signaler son absence et fournir les pièces justificatives requises dès que possible avant la date prévue de l’absence.

 

Si l’absence est imprévisible, l’étudiant ou l’étudiante doit la signaler et fournir les pièces justificatives requises au plus tard 5 jours ouvrables après la date prévue de l’évaluation. Sur approbation de la direction de programme, ce délai pourrait être allongé.

 

5. Procédure
La procédure prévue en cas d’absence à un examen ou à toute autre modalité d’évaluation est la suivante :

 

a) L’étudiant ou l’étudiante fait sa demande à la gestion des études par courriel, en incluant les pièces justificatives requises.

 

b) La demande est analysée par le conseiller ou la conseillère à la gestion des études du programme qui en détermine la recevabilité et formule une recommandation de mesure à prendre (ex. : accorder une reprise d’évaluation).

 

c) En cas de doute, le conseiller ou la conseillère consulte la direction de programme, qui en détermine la recevabilité et formule une recommandation.

 

d) Au besoin, l’enseignant ou l’enseignante peut être consulté ou consultée.

 

e) Cette recommandation est transmise par la gestion des études à l’étudiant ou à l’étudiante de même qu’à l’enseignant ou à l’enseignante, avec la direction de programme en copie.

 

f) Si une reprise d’évaluation est autorisée, l'enseignant ou l’enseignante et l'étudiant ou l’étudiante prennent entente entre eux quant aux modalités de cette reprise. Ils et elles sont soutenus par la direction de programme de même que par la direction du département concerné (pour les aspects logistiques).

 

g) Dans tous les cas, la gestion des études consigne le tout au dossier de l'étudiant ou de l’étudiante.

 

Dans le cas d’une absence prolongée (interruption temporaire des études au-delà de deux semaines) :

 

a) L’étudiant ou l’étudiante fait sa demande à la gestion des études à l’aide du formulaire ou de l’adresse prévue à cet effet, incluant les pièces justificatives requises.

 

b) La demande est analysée par le conseiller ou la conseillère à la gestion des études du programme, en collaboration avec la direction de programme.

 

c) La direction de programme fait le suivi avec les enseignants ou enseignantes ou les responsables de stages concernés. Ils et elles conviennent des modalités de suivi ou de reprise de la formation et des évaluations, en collaboration avec l’étudiante ou l’étudiant.

 

d) La direction de programme en informe la gestion des études qui le consigne au dossier.

 

Dans le cas d'un étudiant ou d’une étudiante qui s'absenterait non pas à une évaluation, mais à une ou plusieurs activités d’apprentissage, et ce, pour une courte durée (moins de deux semaines), l’étudiante ou l’étudiant peut en informer directement son enseignant ou son enseignante et convenir avec elle ou lui, le cas échéant, des modalités de reprise de ces activités.

_________________________________________

 

1 Adoptée au Conseil facultaire le 10 décembre 2020

 

 

Vice-décanat à la recherche, aux études supérieures et à l’international
Politique s’appliquant aux programmes de doctorat de la Faculté des sciences de l’éducation

 

EXAMEN DE DOCTORAT 1: VOLET RÉTROSPECTIF
EXAMEN DE DOCTORAT 2 : VOLET PROSPECTIF

 

Politique rédigée en collaboration avec les directions de programme de doctorat

 

Politique adoptée par le Conseil facultaire, le 7 février 2019.


Politique s’appliquant aux programmes de doctorat de la Faculté des sciences de l’éducation


But

Le règlement des études précise que : « Au doctorat, la formation à la recherche ou à la recherche-création comporte nécessairement un examen qui vise à qualifier l’étudiant pour la poursuite de ses recherches doctorales. L’examen de doctorat évalue différents aspects de la préparation de l’étudiant en lui permettant de démontrer, sous forme écrite et orale, qu’il a les aptitudes nécessaires pour contribuer à l’avancement des connaissances dans son domaine de pratique ou de recherche. Un premier volet évalue ses connaissances dans le champ d’études de son projet et ses compétences dans son domaine. Un second volet permet de s’assurer qu’il possède une vision claire de son projet ainsi que les aptitudes et l’autonomie pour le réaliser. » (article 169.1)

 

Examen de doctorat
L’examen de doctorat se décline en deux activités de 3 crédits chacune (Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif et Examen de doctorat 2 : volet prospectif) et fait partie de la scolarité obligatoire des programmes d’études doctorales à la Faculté des sciences de l’éducation. La première activité porte sur le volet rétrospectif. Pour s’y inscrire, il est nécessaire d’avoir réussi un minimum de 9 crédits de cours. La seconde activité porte sur le volet prospectif et doit être réalisée après avoir réussi le volet rétrospectif.

 

Nature et objectifs de l’Examen de doctorat
L’évaluation de l’examen de doctorat se fait en deux temps et porte sur les deux volets suivants : rétrospectif et prospectif.


1. Par l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif, l’étudiant:

  • démontre la pertinence de la question de recherche à la lumière des acquis des cours et d’une recension d’écrits du domaine ou sous-domaine d’études en concertation avec la direction de recherche;
  • identifie et expose les principales connaissances scientifiques en lien avec son sujet de recherche;
  • cerne la problématique qu’il envisage étudier;
  • identifie et justifie une ou des questions générales de recherche et/ou des hypothèses;
  • montre la pertinence scientifique et sociale de son projet de thèse;
  • communique le tout efficacement par écrit et oralement.


2. Par l’Examen de doctorat 2 : volet prospectif, l’étudiant:

  • fait état des connaissances scientifiques récentes pertinentes à la problématique choisie;
  • explique de façon cohérente les perspectives théoriques en relation avec le problèmes et les objectifs de recherche;
  • identifie des objectifs de recherche empiriques, des questions de recherche et des hypothèses spécifiques;
  • explique la démarche méthodologique choisie, pertinente aux objectifs de recherche et à l’état des connaissances scientifiques, incluant les outils de recherche, en relation avec le problème et les objectifs de recherche;
  • démontre la contribution scientifique ou sociale de son projet;
  • communique le tout efficacement par écrit et oralement;
  • démontre qu’il possède les acquis nécessaires à la poursuite de son projet de recherche.

 

Encadrement de l’Examen de doctorat

La direction de recherche encadre l’étudiant lors de sa préparation des différentes étapes de ces deux volets de l’examen de doctorat, elle s’assure que l’étudiant comprend les attentes de ces activités et donne des rétroactions formatives sur au moins une version préliminaire du document écrit.

 

Au moment de l’inscription à l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif, la direction de programme constitue le comité d’encadrement suite aux suggestions du directeur de recherche qui aura préalablement consulté l’étudiant. La direction de programme veille à respecter les lignes directrices de la FESP en ce qui concerne l’intégrité en matière de conflits d’intérêts. Le comité d’encadrement est composé du directeur de recherche de l’étudiant, du co-directeur le cas échéant, et de deux autres professeurs. Le comité d’encadrement vient appuyer le directeur de recherche dans l’encadrement d’un étudiant inscrit au doctorat. Il participe à l’évaluation de l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif et de l’Examen de doctorat 2 : volet prospectif, et ultimement, il est appelé à participer à l’évaluation de la thèse. À chacune de ces étapes, ces personnes formulent des suggestions ou des recommandations à l’étudiant. Généralement, c’est un membre du comité de thèse (en excluant, le cas échéant, la co-direction) qui agit à titre de prélecteur en vue du dépôt initial de la thèse.

 

Si des modifications, quant à la composition du comité, sont suggérées au cours du cheminement de l’étudiant, elles devront être formulées par écrit à la direction de programme en précisant les raisons qui justifient le changement. En raison du rôle évaluatif et continu du comité, cela devrait être une mesure exceptionnelle.

 

Modalités de l’Examen de doctorat
Pour chacun des volets, l’étudiant produit un document écrit et prépare un exposé oral.

  • Pour l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif, le document doit comporter un maximum de 40 pages de texte (excluant la page titre, la table des matières, les références et les annexes).
  • Pour l’Examen de doctorat 2 : volet prospectif, le document comporte un maximum de 60 pages de texte (excluant la page titre, la table des matières, les références et les annexes).
  • Pour l’épreuve orale, un maximum de 30 minutes est prévu pour la présentation de l’étudiant qui sera suivie des questions du comité d’encadrement.

 

À noter que la présentation d’un plan d’examen pourrait être une exigence de certains programmes. La mise en page du document doit respecter les normes de la FESP.


Procédures de dépôt du document synthèse et organisation de l’épreuve orale

Lorsque la version finale de son document synthèse est prête, après avis de sa direction de recherche, l’étudiant transmet la version électronique à la gestion des études qui se charge de l’organisation de l’examen. Un délai de 4 semaines est requis entre la date du dépôt du document synthèse et es dates proposées pour la tenue de l’examen. Les membres du comité disposeront ainsi du temps nécessaire pour prendre connaissance du document, avant la tenue de la partie orale de l’examen.

 

Déroulement de la partie orale de l’Examen de doctorat
La tenue de la partie orale de chaque volet de l’examen a lieu au moins 4 semaines après le dépôt du document écrit. Le directeur du programme ou son représentant agit à titre de président. Ces épreuves se déroulent habituellement de manière publique, toutefois aucune intervention provenant de l’assistance n’est permise.

 

L’étudiant dispose d’un maximum de 30 minutes pour en faire la présentation. Par la suite, les membres du comité d’encadrement questionnent l’étudiant à propos des thèmes développés dans le document écrit ou lors de sa présentation orale et l’évaluent en fonction des objectifs de chaque volet de l’examen. La durée totale de cette épreuve est d’environ deux heures.

 

Évaluation de l’Examen de doctorat
L’évaluation de l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif et de l’Examen de doctorat 2 : volet prospectif porte sur l’ensemble de la prestation de l’étudiant, tant sur le document écrit soumis à l’attention du comité d’encadrement que sur la prestation orale (présentation et réponses aux questions).

 

La pondération de l’ensemble de la prestation, pour chacun des volets, est la suivante :

  • 60 % pour le document écrit;
  • 40 % pour la présentation orale.

 

Le comité d’encadrement délibère à huis clos. La note finale est déterminée selon le barème de notation en vigueur au troisième cycle. Les critères d’évaluation spécifiques seront précisés par le comité de programme. Un résultat minimal de 60 % pour l’ensemble de l’épreuve est requis pour réussir l’examen.


Le président du comité agit alors comme secrétaire et consigne le résultat de l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif et de l’Examen de doctorat 2 : volet prospectif. Les principales justifications l’accompagnent ainsi que les recommandations spécifiques concernant la poursuite de son cheminement.


Le rapport d’évaluation présentera les éléments suivants :

  • l’évaluation générale de son texte écrit et de sa présentation orale;
  • les points que l’étudiant devra considérer dans la poursuite de son cheminement;
  • la note qui lui est attribuée.

 

Tel que le prévoit le Règlement des études, avec l’accord unanime du jury, l’étudiant peut reprendre l’Examen de doctorat 1 : volet rétrospectif et l’Examen de doctorat 2 : volet prospectif, mais une seule fois pour chaque volet. La reprise doit normalement avoir lieu avant la fin de la session qui suit celle où l’échec a eu lieu. Cette reprise porte tant sur la partie écrite que sur la partie orale. Le résultat obtenu lors de la reprise est alors définitif.

 

Plan de collaboration à la maîtrise recherche et au doctorat

 

Entre l’étudiant·e et sa direction de recherche

 

La Politique d’encadrement des étudiants à la maîtrise avec mémoire et au doctorat considère le plan de collaboration comme « un instrument essentiel assurant la progression du cheminement selon les délais prévus » (art. 6.1). Le plan de collaboration vise à établir une organisation de travail productive et satisfaisante tant pour l'étudiant·e que pour sa direction de recherche. Dans la mesure où il résulte d’un engagement réciproque, le plan de collaboration facilite la communication et clarifie les attentes et les responsabilités de chacun.

Le modèle de plan de collaboration qui est proposé dans les pages suivantes s’inspire de la politique d’encadrement, des articles 244 à 248 du Règlement des études de l’Université Laval ainsi que du Guide de référence sur les compétences à développer à la maîtrise et au doctorat. Il s’agit d’un document évolutif qui suit le cheminement de l'étudiant·e. Ce gabarit est la version adoptée par la Faculté des sciences de l’éducation pour l’ensemble de ses programmes de maitrise recherche et de doctorat.

L’étudiant.e doit se charger de déposer le plan de collaboration complété à sa direction de programme au plus tard à la fin de sa deuxième session d’inscription. La FESP suggère de mettre à jour le Plan de collaboration de la formation à la recherche, au besoin, lors de la complétion annuelle du bilan des réalisations lorsque le directeur de recherche évalue les progrès accomplis par l’étudiant·e (art. 247h).

L’étudiant.e doit déposer le bilan annuel des réalisations au plus tard le 31 mai de chaque année. Le plan de collaboration comporte deux parties : l’entente de collaboration/planification des activités et le bilan des réalisations. Le plan de collaboration, rempli en collaboration avec la direction de recherche, permet à l'étudiant·e et à sa direction de recherche, de même que sa codirection s'il y a lieu, d'échanger sur les attentes et rôles respectifs de chacun et d'établir de façon réaliste certaines modalités de travail.

Au besoin, l’étudiant.e et la direction de recherche peuvent se référer à la direction de programme.

 

 

Formulaires