25 mai 2018

Une nouvelle approche pour le programme de supervision des stages de la Faculté

Communiqué de presse institutionnel :

 

L’Université Laval améliore son programme de supervision des stages en enseignement à des fins pédagogiques

 

Québec, le 24 mai 2018 – L’Université Laval modifie l’approche de son programme de supervision des stages en enseignement primaire et secondaire afin d’améliorer la formation des futurs enseignants et des futures enseignantes. Ainsi, au cours des deux prochaines années, l’Université Laval espère créer huit nouveaux postes de chargés d’enseignement, dont cinq en enseignement primaire dès l’automne 2018.

L’objectif de la nouvelle approche du programme de supervision des stages repose sur la volonté de la Faculté des sciences de l’éducation d’améliorer la pédagogie. L’approche vise le rehaussement de la qualité de la formation professionnelle des futurs enseignants et des futures enseignantes en mettant davantage l’accent sur la formation pratique des techniques apprises dans le cadre des études que sur l’intervention pendant la classe, un rôle assumé par le personnel enseignant régulier présent en classe avec les apprenants.

 

La refonte du programme implique un plus grand engagement, une participation plus active et une présence accrue du futur personnel de supervision auprès des apprenants. « Les recherches menées par notre département, en collaboration avec d’autres groupes de recherche, démontrent clairement que le travail de transfert entre la théorie et la pratique est effectué de façon plus efficace par des personnes qui enseignent dans les programmes de formation et qui participent à la vie du programme par l’entremise d’activités pédagogiques régulières. C’est précisément ce que permettra la création de postes de chargés d’enseignement », souligne le directeur du Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage, Érick Falardeau.

 

Pour parvenir à améliorer l’apprentissage, il est nécessaire de pouvoir observer et analyser la prestation d’un stagiaire sous différents angles, et les outils technologiques déjà utilisés par le Département seront davantage mis à profit pour améliorer la formation professionnelle. « Dans la continuité des pratiques déjà en place depuis quelques années, les chargés d’enseignement utiliseront ces technologies pour réaliser une analyse plus fine des compétences des stagiaires et une évaluation plus critique tout en favorisant le travail d’équipe et de collaboration avec les pairs. Le temps de déplacement libéré et les sommes épargnées par l’utilisation des technologies seront réinvestis dans des séminaires d’analyse de pratiques auxquels les apprenants et les superviseurs prendront part ensemble », précise M. Falardeau.

 

Les postes de chargés d’enseignement actuellement offerts et ceux à venir font partie de la même catégorie d'emplois que les postes de chargés de cours. Ce sont des emplois de qualité offrant des conditions de travail complètes et avantageuses.

 

« Nous sommes évidemment conscients que la décision de créer de nouveaux postes permanents implique le non-renouvellement à l’automne d’une vingtaine de contrats de chargés de cours à temps partiel, explique la vice-rectrice aux ressources humaines, Lyne Bouchard. Par ailleurs, à la suite des préoccupations exprimées, les exigences de l’un des postes de chargé d’enseignement, dont la tâche est uniquement la supervision des stages, seront ajustées pour permettre à tous et toutes de poser leur candidature. »

 

« La contribution des chargés et des chargées de cours est importante et significative pour l’Université. Dans le cas présent, cependant, notre réflexion et notre démarche ont été guidées par notre mission d’enseignement et notre volonté d’enrichir la formation professionnelle étudiante et de nous assurer que l’enseignement reçu en classe par nos stagiaires est intégré dans le contexte d’un stage d’enseignement réel », soutient Mme Bouchard.